Vous voulez voir quelle pièce?

Publié le par Skinny

theatre.jpgJe dois avouer que le sentiment de culpabilité qui était sensé m’envahir suite à ma non-participation à ce dernier dimanche d’expression démocratique se révèle être proche du zéro.


Faut dire que les Zorros de l’isoloir se font mous. Le verbe du justicier démocratique fatigue, à la manière d’une vieille enseignante d’instruction civique fripée tentant désespérément de faire éclore quelques valeurs citoyennes à l’intérieur d’une trentaine de cerveaux juvéniles et rabougris.

 
N’est-ce pas de plus en plus alambiqué de justifier le fait que choisir entre l’OM ou le PSG sur le critère de celui qui a le moins insulté l’autre est une marque de dévouement envers la collectivité ?

Moi j’aime pas le foot, d'autant plus que j’ai découvert que les supporters étaient parfois plus cons que les joueurs, ce qui n’a pas le don de me rassurer lorsque l’on constate combien il est ardu de dénicher une micro-crête sur l’encéphalogramme des tapeurs de baballe.

 

Un peu plus éloignée de ces affabulations Francis Lalanesques, ma conscience a néanmoins accepté que je m’en lave les mains. De fait, la seule action utile qui me vient en tête lorsque j’admire un bulletin électoral, c’est de me torcher l’entre-fesses avec. L’hygiène m’incite alors à éradiquer à la mousse savonneuse les microbes fécaux et résidus d’idées merdoyantes rédigées à la manière d’une mauvaise réclame pour shampoing anti-calvitie. Liste d’arguments de vente à la Prévert pour acheter de la bonne conscience.
De toute façon mon père est chauve, donc je suis condamné au syndrome de l’amplitude croissante de la raie du milieu, hop, rappel avec le frottage de fesses, pirouette cacahuète.

 

Si, si, je respecte les ancêtres qui s'en sont pris plein le râble pour plaider le cause de l’expression collective. Belles fondations construites par la bourgeoisie en collants, valeurs défendues plusieurs fois le fusil à la main, tout ça.
Je suis sur que mon grand-père à la gueule tordue appréciait le fait de s’être pris un éclat d’obus pour permettre à une poignée de mauvais acteurs de réaliser leur propre film avec nos idéaux comme propagande et notre argent comme trésorerie. Il ne faut pas confondre le respect de ceux qui nous ont évité le pire et le soutien à ceux qui en ont profité.

« A voté » m’aurait enfoncé plus loin dans la chaise du co-producteur au navet politique.

 

Mon action bonne-conscience de la semaine, c’était deux tickets resto au clodo de Nation. Ca me suffit comme expression égoïste de l’envie de servir un peu à quelque chose.

Surtout que le casse-dale et le gros rouge du barbu ont l’avantage indéniable d’exister.

 

Je laisse les paons boiteux gérer la mise en scène, je retourne jouer dans l’autre pièce, celle de tous les jours.

Publié dans Pisses drues

Commenter cet article

docds 05/04/2010 12:15


Rien à ajouter. Tout est dit, et bien dit.


Skinny 06/04/2010 17:09



Muchasse grassiasse docteur!



Chris 25/03/2010 13:55


Excellent !


Skinny 25/03/2010 15:28


Danke schön


Ciboulette 21/03/2010 19:54


...beaucoup moins de monde, surtout avant l' apéro...


Skinny 24/03/2010 10:46



Ton créneau apéro m'a l'air délicieusement large.



Heyoka 19/03/2010 10:45


Culpabilité proche du zéro concernant les votes, beaucoup maîtrisent.

Mais diable, où ai-je mis ma carte d'électeur ?


Skinny 24/03/2010 10:45


Regarde derrière ta carte de fidelité de la Brioche Dorée.


Ciboulette 18/03/2010 13:10


...je vote trop rarement...c' est sans doute un tort de ma part, voui, je le crois.
Aujourd' hui, entre de droit(si je veux...)et devoir(je dois), on s' égare, on s' oublie, faute à qui ? > A nos dirigeants les uns autant que les autres.
En revanche, je ne vote jamais blanc.


Skinny 18/03/2010 16:47


Je suis pas un fanatique de la théorie du complot, mais j'ai quand même un gros doute sur l'existence d'un lavage de cerveau collectif joliment organisé, plus ou
moins volontairement.

"Ne pas voter c'est mal".

Tout le monde s'accorde à le dire haut et fort. Pour les explications on a déjà moins de monde.