L’inexplicable monopole d’Antonio

Publié le par Skinny

business-chimp.jpgJ’y pensais l’autre jour pendant que mon combiné téléphonique m’étuvait l’oreille façon pizza calzone. J’avais alors entrepris la périlleuse épreuve de l’appel à une compagnie d’assurance.

 

Sachez bien que je ne suis pas un grand fanatique de l’occupation consistant à se faire extorquer en toute légalité par des organisations dont l’appétit financier furieusement cadencé contraste avec un dédommagement étrangement irrégulier.

 

Point du tout, d’ailleurs ma banque suffit amplement à me soumettre ponctuellement et toutes fesses dehors à une virulente sodomie qui, disons le tout net, ne m’apporte qu’un plaisir mitigé.

 

En réalité, je cherchais plus à me débarrasser rapidement de l’obligation légale d’assurer mon véhicule, puisque il est communément admis que si vous écrasez mamie, ça fera toujours moins désordre d’avoir un pare-choc neuf avant de passer au tribunal. Les dentiers, ça raye.
Ces pratiques ne m’étonnent guère, même si j'eus vent quand j’étais en cinquième d'un chauffeur de car qui, buvant demi sur demi, n’avait même pas l’assurance au tiers.

 

J'en viens à Antonio. Pendant l’inévitable moment d’attente, les crispants violons de Vivaldi m’ont paru particulièrement inappropriés. Dans de telles circonstances, une BO de film gay eut été une allégorie plus profonde à l’imminente attaque rectale dont j’allais être, comme tant d’autres, la future et consentante victime. Tant qu'à convointer nos raies, autant se fendre de quelque chose. D’un message vocal, par exemple : 

« Nos conseillers étudient les offres afin que vous vous fassiez ramoner le conduit tout en ayant la fierté d’avoir fait un choix judicieux ».

 

Non, vraiment, cela me désole, cela me consterne.
 
Les attentes téléphoniques sont à l’originalité ce que la réplique de l’homme politique est à la sincérité. D'ailleurs, je suis sur que vous m’accorderez non pas ma guitare, mais bien le fait qu’il existe une kyrielle de moyens sonores alternatifs à même d’apaiser plus efficacement nos fragiles nerfs si exposés à l’appel délicat.

J’en suis convaincu, et pas un de moins.

Publié dans Arrêts pipi

Commenter cet article

Chris 06/02/2010 18:30


Que tout cela est bien dit !!!!...par la barbe du prophète !

C'est un style ! ...bien particulier , ma foi !...que de dire tant de vulgarités très vulgires méchantes du ton le plus poli et élégant du monde ..


Skinny 07/02/2010 18:39


Un mix improbable entre Molière et Bigard?


Luscyhl 03/02/2010 16:10


Merde à la sûreté l'asocial !


Skinny 04/02/2010 11:17



Les gens ont besoin de repères, d'habitudes.
L'assurance (de voir mon compte prélevé chaque mois) c'est déjà ça.

L'asocial a peur des gens, c'est donc par définition une chique non?



2ligne 03/02/2010 13:29


Je préfère qu'on me passe le Printemps dans l'attente que de passer L'Hiver sous la tente


Skinny 04/02/2010 11:10


Je dirais même plus, que de passer l'hiver sous ma tante, avec tout le respect que je lui dois.


Heyoka 03/02/2010 12:33


Pauv' Antonio s'il avait su...


Skinny 04/02/2010 11:05




"Bande d'enfoirés!"

Boah, il serait peut être fier de savoir que les gens écoutent, enfin je veux dire entendent encore sa musique.



Mado 03/02/2010 00:51


J'aime bien avoir ma petite dose de cynisme avant d'aller me coucher !
(Et les salauds, massacrer Vivaldi c'est un scandale!)


Skinny 03/02/2010 11:03



La prochaine fois je ne délivre que sur ordonnance.